Un Président qui rassemble ?

Publié le par gérard vignoble

Les Français ont fait le choix de Nicolas Sarkozy pour être leur chef d’Etat. Sans ambiguïté. Si on peut se réjouir de la participation des Français dont l’ampleur a rendu au jeu démocratique toute sa saveur, on peut regretter que les 7 millions de Français qui ont donné leur voix à François Bayrou au 1er tour n’aient pas pu aller au bout de la nouvelle démarche qu’il proposait. Soit, les institutions sont ainsi faites et nous en débattrons en temps utiles. N’empêche, j’ai bien entendu le message du candidat élu hier qui en appelle au rassemblement. Comment d’ailleurs en serait-il autrement ? La campagne des Législatives va pouvoir démarrer et l’UMP ne peut ignorer cette nouvelle force née des relations qui se sont instaurées entre François Bayrou et les Français  J’ai aussi entendu à maintes reprises Nicolas Sarkozy affirmer qu’il tiendrait ses promesses, ses engagements et que les Français pouvaient compter sur lui. Alors attendons et voyons…

Publié dans Bayrou Président

Commenter cet article

Fanfan 17/05/2007 22:31

Dommage que vous ayez quittez le navire Modem, d'après un article du monde, mais ce n'est pas grave, nous continuerons sans vous, mais dasn tous les cas ne venez surtout pas faire de critique plus tard sur certains domaines, Au revoir

François B 13/05/2007 23:53

dimanche 13 mai 2007, 20h17 Bayrou est prêt "à discuter" avec Sarkozy si ce dernier l'appelle. PARIS (AP) - Le président du Mouvement démocrate François Bayrou a confié dimanche soir que si Nicolas Sarkozy l'appelait, il irait discuter avec lui, tout en souhaitant "demeurer libre pour soutenir ce qui mérite de l'être et pour au contraire signaler ce qui serait inquiétant". Invité du "Grand Rendez-vous", Europe-1/TV5Monde/Le Parisien/Aujourd'hui en France, M. Bayrou a estimé qu'il n'y a "aucune raison pour (lui) d'être en situation négative" à l'endroit du président élu. "J'ai exprimé mes réserves, mes inquiétudes. Pour le reste, je jugerai aux actes, avec le sentiment d'un citoyen français qui espère que son pays ira mieux". Et de confier: "Si Nicolas Sarkozy m'appelait, oui j'irais discuter avec lui". Avant le premier tour, "je n'ai pas eu l'impression qu'il y avait l'occasion. La situation est maintenant différente (...) Il est président de la République, il est celui qui est en charge de ce que la nation a de plus important et de plus précieux". "J'ai une attitude constante", a assuré le président du Mouvement démocrate. "Je jugerai en fonction des textes que l'on nous présentera, au lieu d'être dans la situation de ceux qui savent à l'avance qu'ils voteront pour n'importe quel texte ou qui voteront contre". M. Bayrou s'est posé en défenseur de "la démocratie" voulant "garantir" aux citoyens des parlementaires "dont le vote n'est pas automatique". Nicolas Sarkozy est "le président de la République. Je lui fais crédit. Je ne suis pas en situation d'embuscade contre lui, mais je veux demeurer libre pour soutenir ce qui mérite de l'être et pour au contraire signaler ce qui serait inquiétant", a insisté le candidat malchanceux à la présidentielle.

jcg 11/05/2007 14:40

Communiqués Elections législatives : l'UMP ne présentera pas de candidats face aux députés UDF qui rejoignent la majorité présidentielle Jean-Claude GAUDIN, Vice-Président de l’UMP, Président de la Commission nationale d’investiture de l’UMP, et Alain MARLEIX, Député du Cantal, Secrétaire national de l’UMP aux Elections, rappellent que leur Mouvement, par décision de son Bureau politique en date du 5 juillet 2006, avait décidé de ne pas investir de candidat de l’UMP dans les circonscriptions détenues par des députés de l’UDF, et de les réserver. Les députés de l’UDF qui ont apporté leur soutien à Nicolas SARKOZY à l’occasion de la campagne de l’élection présidentielle et qui ont confirmé leur souhait d’appartenir à la majorité présidentielle et de soutenir son projet législatif, seront naturellement considérés à l’occasion de la campagne des élections législatives comme appartenant à la nouvelle majorité présidentielle. En conséquence, ils ne se verront opposer aucun candidat investi par l’UMP. La Commission nationale d’investiture a examiné quelques autres cas et se réunira à nouveau la semaine prochaine pour prendre des décisions définitives avant la clôture du dépôt officiel des candidatures aux élections législatives. Jean-Claude GAUDIN, Vice Président de l’UMP, Président de la Commission nationale d’investiture de l’UMP Alain MARLEIX, Député du Cantal, Secrétaire national de l’UMP aux Elections

jcg 11/05/2007 14:39

Communiqués Elections législatives : l'UMP ne présentera pas de candidats face aux députés UDF qui rejoignent la majorité présidentielle Jean-Claude GAUDIN, Vice-Président de l’UMP, Président de la Commission nationale d’investiture de l’UMP, et Alain MARLEIX, Député du Cantal, Secrétaire national de l’UMP aux Elections, rappellent que leur Mouvement, par décision de son Bureau politique en date du 5 juillet 2006, avait décidé de ne pas investir de candidat de l’UMP dans les circonscriptions détenues par des députés de l’UDF, et de les réserver. Les députés de l’UDF qui ont apporté leur soutien à Nicolas SARKOZY à l’occasion de la campagne de l’élection présidentielle et qui ont confirmé leur souhait d’appartenir à la majorité présidentielle et de soutenir son projet législatif, seront naturellement considérés à l’occasion de la campagne des élections législatives comme appartenant à la nouvelle majorité présidentielle. En conséquence, ils ne se verront opposer aucun candidat investi par l’UMP. La Commission nationale d’investiture a examiné quelques autres cas et se réunira à nouveau la semaine prochaine pour prendre des décisions définitives avant la clôture du dépôt officiel des candidatures aux élections législatives. Jean-Claude GAUDIN, Vice Président de l’UMP, Président de la Commission nationale d’investiture de l’UMP Alain MARLEIX, Député du Cantal, Secrétaire national de l’UMP aux Elections

lbdl 11/05/2007 10:52

Moi pour ma part je ne comprend pas la demarche du mouvement democrate .  Je suis un fervent sympathisant des idees qui composait le programme presidentiel de Francois Bayrou. Ce programme etait pour moi de loin le meilleur... et pourtant j\\\'ai vote Sarkosy. Pourquoi ?L\\\'homme politique (pour ma part l\\\'homme politicien) Francois Bayrou me deplait fortement . Pendant la campagne electorale,  au lieu de defendre son tres bon programme politique, Mr Bayrou s\\\'est contente d\\\'etre opportuniste et de critiquer ses adversaires pour chercher un espace politique. Durant l\\\'entre deux tours, il a profite abusivement de sa position de troisieme homme pour se mettre en avant mediatiquement avec le debat pour Segolene. Et aujourd\\\'hui,   fort des 7 millions de francais qui ont vote pour lui, il se place comme personnage incontournable du paysage politique. Mr Bayrou na pas compris qu\\\'il netait ni "le proprietaire de ses electeurs", ni des idees de l\\\'UDF. Les francais qui ont choisi F.Bayrou des le premier tour l\\\'ont fait par rejet des deux autres. Enfin M.Bayrou veut creer un nouveau parti le mouvement democrate-UDF. Que fera de plus ce nouveau parti ?  En quoi ses contrepouvoirs seront differents de l\\\'actuel UDF ? Les idees de l\\\'UDF auxquelles j\\\'adhere sont surement mieux representes par les 22  des  29  deputes qui ont choisi de construire, d\\\'agir avec nuances aupres de N.Sarkosy. (Je trouve ca d\\\'ailleurs assez culotte de sa part de garder le nom UDF dans son parti. J\\\'invite les deputes qui ont rejoint Sarkosy a creer un nouveau parti centriste quon appellera l\\\'UDF). On peut voir dans la demarche de moderation de Francois Bayrou une certaine humilite... mais cest loin detre le cas : F.Bayrou a avant tout des ambitions personnelles. Enfin heureusement pour moi, le candidat UDF de ma circonscription n\\\'approuve pas non plus la demarche de Bayrou.